Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Eric Evrard

Dopage Articles de Presse

Athlétisme : Naman Keita a été contrôlé positif à la testostérone à Osaka Article publié le 04 Septembre 2007

Source : LE MONDE.FR avec AFP Extrait : Le Français Naman Keita a été contrôlé positif à la testostérone lors des Mondiaux d'athlétisme qui se sont déroulés à Osaka, selon des sources concordantes. L'athlète, âgé de 29 ans, a reconnu avoir commandé par Internet un "complément alimentaire". "J'ai fait une grosse connerie, a-t-il regretté, le mois de juillet a été catastrophique en termes de performances et après les championnats de France, je me suis fait un peu mal aux abdos." "Ce n'est ni mon entraîneur, ni mon agent, ni quelqu'un de la Fédération qui me l'a conseillé. La connerie, je l'ai faite moi-même. Après les championnats de France, je me suis un peu enfermé sur moi-même (...). J'étais en plein doute", a-t-il ajouté. Naman Keita a été contrôlé positif à la testostérone lors des derniers Mondiaux d'athlétisme

Source : AFP L'athète français explique avoir acheté sur Internet un complément alimentaire, admettant qu'il avait commis une grave erreur. La Fédération française ne souhaite pas réagir avant la contre-expertise (analyse de l'échantillon B). Elle craint en effet que l'athlète n'invoque un vice de procédure si elle s'exprime avant la fin de la procédure. Publié le 04/09 à 19:43 "J'ai fait une grosse connerie" "Je l'ai appris de la part du président (de la Fédération française, Bernard Amsalem) vendredi soir", a déclaré l'athlète à l'AFP. "C'était un contrôle hors compétition effectué le 20 août à Wakayama." "J'ai fait une grosse connerie, a-t-il ajouté. Le mois de juillet a été catastrophique en termes de performances et après les Championnats de France, je me suis fait un peu mal aux abdos. On m'a conseillé un complément alimentaire pour aider à régénérer le muscle et je l'ai commandé sur internet." "Ce n'est ni mon entraîneur, ni mon agent, ni quelqu'un de la Fédération qui me l'a conseillé, a-t-il ajouté. La connerie, je l'ai faite moi-même. "Après les Championnats de France, je me suis un peu enfermé sur moi-même. Je ne voulais parler à personne. J'étais en plein doute." A 29 ans, assure avoir vérifié que le produit incriminé ne présentait pas de contre-indication pour les sportifs, mais il reconnaît avoir été "naïf" en omettant de le présenter à son entraîneur Hervé Stéphan, qui est médecin, ou à un responsable de la Fédération française (FFA). Keita a demandé une contre-expertise, mais ne se fait pas d'illusion sur le résultat. "Je l'ai fait car on ne sait jamais, mais je ne crois pas au Père Noël", a-t-il déclaré. "Je crois que ma connerie à deux balles je vais la payer cher." Dimanche, lors de la conférence de presse de clôture des Mondiaux, le président de la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF) Lamine Diack avait indiqué qu'un contrôle antidopage réalisé durant la compétition avait révélé un "résultat anormal" mais dans le camp tricolore, on ne pensait qu'il pouvait s'agir d'un de ses athèltes. Médaillé de bronze aux JO de 2004 sur 400 m haies, Naman Keita avait été éliminé en demi-finale du 400 m haies à Osaka dans le temps très moyen de 49"16. Naman Keita 29 ans 1,96 m - 86 kg Palmarès 400 m haies Jeux Olympiques: 3e (2004) Championnats du monde: 5e (2005) Championnats d'Europe: 4e (2006, 2002) Relais 4x400 m: Championnats du monde: 1er (2003) Championnats d'Europe: 1er (2006), 3e (2002)

Dopage Articles de Presse

Floyd Landis reconnu coupable et déchu de son Tour

Article publié le 22 Septembre 2007 Par Stéphane Mandard Source : LE MONDE Extrait : L'INTERMINABLE feuilleton Floyd Landis a enfin trouvé son épilogue. Quatorze mois après son contrôle positif à la testostérone lors du Tour de France 2006, le coureur américain a été reconnu coupable de violation aux règles antidopage par la Cour d'arbitrage américaine indépendante (AAA). La décision, prise par deux voix contre une, a été rendue publique, jeudi 20 septembre, par les trois membres du panel de l'AAA, qui avaient longuement auditionné le coureur en mai 2007, à Malibu, en Californie. Floyd Landis, à l'encontre duquel l'Agence antidopage américaine (Usada) avait ouvert une procédure disciplinaire, est en conséquence suspendu jusqu'au 31 janvier 2009 et perd son titre de vainqueur du Tour 2006.

Dopage Articles de Presse

Lance Armstrong aurait reconnu avoir pris de l'EPO avant son cancer

Article publié le 23 Juin 2006 Source : LE MONDE.FR Stéphane Mandard Extrait : Selon de nouveaux témoignages, dont "Le Monde" s'est procuré une copie, le septuple vainqueur du Tour de France aurait déclaré en 1996, au sortir de son opération du cerveau, avoir consommé des produits dopants. La scène a lieu le 28 octobre 1996, à l'Indiana University Hospital d'Indianapolis, aux Etats-Unis. Lance Armstrong vient de subir une opération au cerveau à la suite d'un cancer du testicule métastasé. Un médecin demande à l'Américain, champion du monde sur route en 1993, mais pas encore vainqueur du Tour de France, s'il a déjà consommé des produits dopants afin de préparer son protocole médical postopératoire.

Dopage Articles de Presse

Jan Ullrich paie une amende pour éviter une condamnation

LE MONDE.fr 15/04/08 Le parquet de Bonn a annoncé, lundi 14 avril, l'abandon des poursuites pour escroquerie contre Jan Ullrich. L'ex-star du cyclisme allemand, 34 ans, était poursuivie depuis une plainte, en juillet 2006, d'une professeure de droit de Bielefeld, Britta Bannenberg. Cette plainte avait fait suite à l'implication du vainqueur du Tour de France 1997 dans l'affaire Puerto. Il y a un an, la justice allemande avait annoncé que des poches de sang appartenant à Jan Ullrich avaient été retrouvées dans le cabinet madrilène du médecin espagnol Eufemiano Fuentes, instigateur présumé d'un vaste réseau de dopage. En échange de l'abandon des charges, l'ancien coureur a dû s'acquitter d'une amende à "six chiffres" dont le montant n'a pas été révélé. "L'énergie déployée par Ullrich est (...), par comparaison à ce qui se passait dans le milieu du cyclisme à cette période-là, plutôt réduite, a justifié le parquet de Bonn. Il a dû mettre un terme à sa carrière, abandonner ses salaires et payer des frais de procédure." "J'ai longtemps hésité avant d'accepter l'offre du parquet, car je n'avais rien à craindre d'une procédure en justice, mais la raison de ma décision est qu'elle permet de libérer ma famille de la pression lié à cette procédure", a réagi Jan Ullrich. "Cette décision est un scandale. Le citoyen lambda n'aurait jamais le droit à ce type de faveur de la part d'un procureur !", déclare au Monde, Michael Lehner, l'avocat de Werner Franke. Cet expert antidopage réputé outre-Rhin est poursuivi en diffamation par Jan Ullrich depuis qu'il l'a accusé d'avoir versé des dizaines de milliers d'euros à Eufemiano Fuentes. "Le parquet a la preuve qu'Ullrich a versé 55 000 euros à Fuentes le 9 janvier 2006, poursuit Michael Lehner. Il y a eu un deal. C'est une décision politique."

Dopage Articles de Presse

Quand Zidane conseillait sa clinique à Johnny

LE MONDE.fr 02/06/06 Extrait : L'INFORMATION est curieusement passée inaperçue. Interrogé sur les secrets de son éternelle vitalité, en octobre 2003, sur le plateau de l'émission de Canal+ « Merci pour l'Info », Johnny Hallyday explique qu'il a séjourné dans une clinique suisse spécialisée dans l'oxygénation du sang et révèle que l'adresse lui a été recommandée par... Zinédine Zidane. « Zidane y va deux fois par an et je le comprends », ajoute le chanteur après avoir précisé que ce traitement - qui, explique Johnny, consiste à prélever du sang, à l'oxygéner et à le réinjecter - lui a procuré un bien fou.

Dopage Articles de Presse

Le culturiste encourt sept ans de prison


La transaction d'anabolisants, torpillée par l'intervention des Douanes, portait sur 8 à 900 doses. Pour une valeur marchande estimée à près de 5.000 €.

MONTBELIARD. _ « Des éléments laissent à penser qu'il s'agit d'un trafic en bande organisée ». François Pucheus, le procureur de la République, à Montbéliard, situe d'emblée l'ampleur de l'affaire qui a mobilisé la Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières (DNRED) et plus particulièrement son antenne belfortaine.

Mardi vers 22 h, sur un parking d'Audincourt, les agents des Douanes ont attendu qu'une transaction soit achevée pour intervenir et interpeller David G., 24 ans, champion de France et vice-champion d'Europe de body-building en moins de 95 kilos (notre édition d'hier). Il était alors accompagné de son amie, âgée de 20 ans. A l'évidence, une dénonciation était à la base de l'opération.

Les douaniers ont volontairement laissé Grégory N., le fournisseur, prendre le large avant de passer à l'action. Pour l'intérêt de l'enquête, il a été jugé plus opportun de le filer à distance. Histoire de voir s'il avait d'autres livraisons à effectuer et éventuellement remonter jusqu'à son stock. Il a été interpellé mercredi vers 17 h 15, alors qu'il passait le poste frontière de Col de France, dans le sens Suisse - France ; l'homme, âgé de 22 ans, travaille en Suisse comme ouvrier.

Trois personnes en garde à vue

La saisie a permis de mettre la main sur un important stock de produits interdits. Essentiellement sous forme injectable : Dxxxxol 250 (stéroïde anabolisant à base de nandrolone), Anxxxxen 275 (testostérone), Texxxbol Dxxot 100 (testostérone), Texxxbol Proxxxxat (testostérone), Dxxa Duxxxxlin (stéroïde anabolisant). Il y avait également des comprimés de Dixxxxol, un autre stéroïde anabolisant. Selon les premières estimations, il y avait là matière à réaliser entre 8 à 900 doses. Le tout pour une valeur marchande de près de 5.000 €.

Au terme de leur retenue douanière, les trois protagonistes ont été placés en garde à vue à la brigade de gendarmerie de Maîche. David G. a été déféré au parquet, hier après-midi, puis présenté au juge d'instruction. « Ces faits sont réprimés par les articles 222-36 et 222-37 du code du sport. En retenant la contrebande, les peines encourues vont jusqu'à sept ans de prison », signale le procureur qui avait requis le placement en détention provisoire.

L'ordinateur passé au crible

La juge des libertés et de la détention ne l'a pourtant pas suivi sur ce terrain. Le champion de culturisme a été remis en liberté. Aujourd'hui, son amie ainsi que le fournisseur présumé seront présentés au tribunal. Désormais, les investigations se poursuivent sous commission rogatoire.

L'enquête va devoir établir qui a précisément fait quoi dans cette histoire. S'il semble établi que, mardi soir, c'est bien Grégory N. qui a fourni la marchandise à David G., il n'est pas exclu que ce dernier jouait un rôle de revendeur. Sans emploi, le champion de France de culturisme prétendait vivre de son sport, si l'on en croit les déclarations de personnes qui le côtoyaient.

Restera à cerner le rôle du prénommé Grégory, qui s'illustrait, ces derniers temps, davantage dans les compétitions de force athlétique que dans celles de « gonflette ».

Les agents des douanes ont notamment saisi l'ordinateur du Haut-Doubien. Une section spéciale va sonder le disque dur afin de vérifier si des achats de produits dopants n'ont pas été réalisés via internet. Quant à la provenance des produits, rien n'est encore formellement établi même si les pistes d'Europe de l'Est mais aussi de Thaïlande sont sérieusement envisagées.

Sam BONJEAN
L'Est Republicain, 22 décembre 2006

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article